Quelle formation pour repérer les signes de souffrances au travail ?

La souffrance au travail est un phénomène qui impacte à la fois l’entreprise et ses employés. Les employés sont les piliers d’une organisation. Ils forment le capital humain, facteur de production majeur. Bien qu’ils soient placés au centre de l’entreprise, ils peuvent cependant être sujets à la souffrance au travail, situation qui peut se présenter au niveau de n’importe quelle entreprise.

Les signes de souffrance au travail

Outre que la démotivation de l’employé, celui-ci est également exposé à divers symptômes de souffrance au travail.

Nous pouvons citer entre autres : le stress, l’angoisse, les troubles gastriques, l’épuisement, l’insomnie, l’irritation, et bien d’autres signes qui sont autant d’ordre physique que psychique. Ces signes vous sont familiers ? Vous connaissez quelqu’un qui présente ces signes ?

Faire en sorte que ces signes ne se présentent pas s’avère être d’une importance capitale. Découvrez la formation : Souffrance au travail proposée par ID Prévention en cliquant ici pour avoir une idée plus claire sur le sujet.

Prévenir la souffrance au travail

La prévention des risques professionnels est la tâche de l’employeur. Le turnèover, la diminution du chiffre d’affaire, l’insatisfaction de la clientèle sont autant de situations qui sont à prévenir. La souffrance au travail est d’autant un cas qui est à voir de près afin de limiter tous risques professionnels. Ceci annonce donc que l’employeur doit s’intéresser de près à ses employés, à leur bien-être au travail afin que ces derniers trouvent goût à apporter leur collaboration au développement de l’entreprise.

Bien que la Direction des Ressources Humaines soit déjà en place pour régler les problèmes qui touchent les employés, les managers opérationnels sont surtout ceux qui sont à leur proximité et qui sont donc les premiers à prévenir à ce qu’ils ne souffrent professionnellement.

Rôles du manager

Bien que l’augmentation des charges de travail, le changement de condition de travail, le climat social non favorable au salarié, l’absence de sécurité au travail, le salaire qui n’est pas satisfaisant sont des situations qui impactent le mal-être au travail ; l’employeur n’est pas forcément au courant que le salarié en souffre au travail.

Il s’avère donc nécessaire à ce que le manager met en entretien l’employé lors d’un éventuel changement professionnel, dès qu’il détecte un changement au niveau de son comportement, ou juste organiser régulièrement une réunion (hebdomadaire, mensuel) qui permet de favoriser l’échange entre salarié et employeur, que le salarié puisse exprimer librement ses besoins, ses inquiétudes, ses insatisfactions et que le manager lui fournit les explications adéquates.

Comment se former sur la notion de pénibilité au travail ?
Comment les élus du CSE peuvent-ils se former ?